C'est tellement incroyable que sur le coup on a oublié de vous en faire part !!!

Notre expert-comptable favori, à qui nous avions confié les formalités de création de la SCI, attendait comme nous l'envoi de l'extrait K-bis depuis le 19 janvier, date de dépôt de notre dossier auprès du TGI (tribunal de grande instance) de St Pierre. Oui, vous savez, celui qu'a été transformé en lupanar par le doyen des juges. Nous avions, à l'époque, ironisés sur le fait que notre dossier était traité par dessus la jambe.

Alors pour mes amies blondes de métropole et de Réunion, ainsi que les autres qui ne mouftent pas mais n'en savent pas plus, sauf les "dames patronnesse de St Pierre" qui sont passées par là, quelques explications sont nécessaires :

Noter projet, à Isabelle et à moi, passe par la création de deux sociétés : une société civile immobilière (SCI) qui acquiert le bien immobilier et une société à responsabilité limitée (SARL) qui loue le bien à la SCI et exploite l'activité d'hébergement touristique. Pour exister légalement, une société quelle qu'elle soit, doit entre autres, être inscrite au registre du commerce et des sociétés (RCS) dont dépend son siège social.
Pour inscrire une société, il faut remplir un certain nombre de formalités dont la rédaction de statuts (règles de fonctionnement), la publication dans un journal d'annonce légale (le JIR en est un), etc.

Nous avions signé le compromis de vente pour la case des Colimaçons en nos noms propres en prévoyant une clause de substitution, pour l'acte définitif, par la SCI. C'est donc la SCI qui se portera acquéreur du bien et qui contractera le prêt immobilier. Il était donc nécessaire dès décembre de constituer la SCI pour que la banque puisse rédiger l’offre de prêt au nom de la SCI.
sci Nous nous y sommes attelé le 7 décembre. Un billard à trois bandes s’est engagé entre notre expert-comptable à St Pierre, notre notaire ici en métropole et nous, pour arriver à une version définitive paraphée par nous deux que nous avons renvoyée le 29 décembre. Le 4 janvier la création de la société était publiée dans le Journal de l’Ile de la Réunion. Le 19 janvier le dossier était déposé au TGI de St Pierre. La matérialisation de l’inscription d’une société est son numéro de RCS ou de SIREN qui sont identiques. Les instances ayant besoin d’un certificat d’existence de la société demande ce qu’on appelle un K-bis qui est en fait le modèle de formulaire d’extrait du registre du commerce et des sociétés. C’est ce document que nous réclame le Crédit Agricole de la Réunion pour pouvoir rédiger l’offre de prêt.

Ne voyant rien venir, nous avons relancé plusieurs fois, par l’intermédiaire de notre expert-comptable, dont le bureau est en face du TGI à St Pierre. Et, ô miracle le 4 avril, pour 2,82€, il est revenu du greffe avec le précieux K-bis !!!! Quinze semaines, sept fois plus qu’en métropole, qui dit mieux ?

Kbis