Jour 10: Mardi 14 Juin 2011 - BEKOPAKA - BELO SUR TSIRIBIHINA (100 km)

Dans la matinée, départ pour Belo sur Tsiribihina. Reste del journée sera libre.

 

Nuit à l’hôtel Menabe. www.hoteldumenabe.free.fr

Avant de quitter Bekopaka et l'Orchidée du Bemahara nous profitons encore une fois du jardin de l'hôtel.

zoli

Et c'est parti pour un remake des nymphéas.

mes-nymphea-a-moi

Puis nous reprenons le 4x4 pour 100 km de piste en direction de Belo sur Tsiribihina. Soudain Isabelle nous annonce avoir vu un serpent. C'est bizarre car nous sommes en pleine saison sèche pendant laquelle ils sont censés hiberner. José arrête le 4x4 et nous allons voir. Effectivement un joli boa se promène

boa

boaboa

Mis à part cet évènement le reste du voyage s'effectue sans encombres jusqu'à Belo (prononcez bèlou). Nous y arrivons en milieu d'après midi et prenons nos quartiers à l'Hôtel du Menabe. On se croirait dans "Coup de Torchon" de Bertrand Tavernier.

coup-de-torchon

Hotel-du-menabe

Le confort est, disons, spartiate ; surtout après notre séjour à l'Orchidée du Bemaraha à Bekopaka. Mais il y a de l'eau chaude, comme aime à nous le rappeler la propriétaire et contrairement à ce qui est écrit dans le Guide du Routard.

la-chambrine

La vue sur la rue principale de Belo est typique.

belo

La nuit tombe. Nous décidons de ne pas dîner à l'hôtel mais d'essayer le "Mad Zébu" dont on dit le plus grand bien.

La carte est intéressante et sort du tradiditionel romazava. Nous sommes les seuls clients du restaurant.

IMG_5981-323

Nous ne serons pas déçus : la nouvelle cuisine malgache se crée à Bélo sur Tsiribihina !

Une mise en bouche pour démarrer : crevette marinée et sorbet au poivre vert. Une tuerie !

filet-de-rouget-vanille

puis un filet de rouget à la vanille, pour Cyrille

filet-zébu-mariné

Et une brochette de filet de zébu mariné, le jus réduit et mélange de légumes, pour Isabelle.

Au dessert : bananes poélées au miel et gingembre, sorbet au citron vert. Ce sorbet maison est à tomber. Il est savoureux, parfumé, sans acidité intempestive.

Ici, au milieu de nulle part, à des milliers de Km de la civilisation, nous avons savouré une des cuisines les plus fines qui nous ait été donné de déguster. Il est vrai que le chef a fait de nombreux stages chez des étoilés français, mais il a su développer sa propre sensibilité, à partir des produits ultra locaux : une belle démarche et une vraie agréable surprise à un prix ridicule.

Après ces agapes, une petite balade dans Belo by night

Belo-by-night

hotel-sariaka

Il nous faut nous dépécher : le couvre-feux est à 22h ! Après, la police rode ...